Jeux vidéo

Nous sommes de grands enfants, nous sommes fans de jeux vidéo, et nous avons testé pour vous…

Deus Ex: Human Revolution… ou imposture ?

Faire une critique de Deus Ex: Human Revolution n’est pas une tâche aisée. En effet, lorsqu’on teste un descendant d’un jeu légendaire, la tentation d’être extrêmement sévère dès que l’héritage n’est pas totalement respecté est grande. Deus Ex: Invisible War, la première suite de Deus Ex, sortie en 2004, a été victime de ce problème : le jeu en lui-même n’était pas fondamentalement mauvais, mais il n’était clairement pas assez bon pour porter le nom de Deus Ex. Deus Ex: Invisible War est désormais surtout considéré comme étant un affront ultime pour la franchise, et un medley de ce qu’il ne faut pas faire dans le développement d’une suite d’un jeu mythique. Car finalement, quand on y repense, il n’y a pas eu tant de suite de jeux mythiques vouée aux gémonies (et je parle vraiment des suites honnies, qui ont « déshonoré » leur prédécesseur, pas des suites un peu moins bien) : pour être honnête, à part Unreal 2, je n’en vois pas. Le challenge pour les développeurs d’Eidos Montreal était donc de taille. En effet, on ne peut pas dire que les réactions suite à l’annonce du développement de Deus Ex: Human Revolution en 2007 aient été particulièrement enthousiastes. L’épisode Invisible War a refroidi nombre de joueurs, et la prudence et le scepticisme étaient de mise. Le fait que le développement soit multi-plateformes, comme pour Invisible War, avaient fait surgir les craintes d’un Deus Ex au rabais, ultra-simplifié, comme l’avait été Invisible War. [...]

Gorilla Plate Is Tuning ! (Blazblue : Calamity Trigger)

Blazblue, vous connaissez ? Et bien laissez-moi vous présenter cette petite pièce du 10ème art (ou 11ème, peu importe), revendiquée par le studio Arc System Works (visiblement réputé pour son autre série de jeux de combat en 2D, Guilty Gear). Porté sur PS3 et XBoîte 360, Blazblue ne paye pas de mine mais saura mériter sa place sur votre étagère, production parfois peu fignolée mais incroyablement addictive… [...]

Howdy Ho : Red Dead Redemption

J’ai déjà eu le loisir de vous exposer ma croûtonnerie rétro-analytique dans mon précédent article sur le nostalgia business : d’où venons-nous, que sommes-nous, quels œuvres de fiction nous ont construits… Ces réflexions pataudes valent ce qu’elles valent, et il constituerait un prodigieux hors-sujet de les poursuivre dans cette présente critique du dernier rejeton des studios Rockstar. Cependant, j’aimerais attirer votre attention sur le thème qui va nous intéresser : le Far West. Vaste programme, même si nous sommes en terrain archi-connu. Je vous avais déjà fait part du caractère usé du pastiche de film d’espionnage, qui avait régné en maître sur l’univers de la parodie et perdu progressivement de sa force du fait d’un trop grand nombre d’œuvres médiocres. Persistons dans le bric-à-brac de la jeunesse : pourquoi connaissons-nous tous tout sur l’univers du cirque sans y être forcément allés dans notre enfance ? Qui a bien pu nous nourrir à base de ces maxi-best-of de clichés avec supplément de nostalgie artificielle pour que nous arborions aujourd’hui une expression blasée à chaque allusion à ces grands topos ? [...]

Dig Out Your Bouses : Virtual Bart

Bonjour, je suis Alex. Vous m’avez peut-être déjà lu en 2009 au cours d’articles-fleuves comme ma review de Be Here Now, ma critique d’Inglourious Basterds ou bien quelques brèves insignifiantes. Il n’est pas exagérer de dire qu’Omnizine, notre Omnizine, votre Ominizine, cette fraîche et pimpante plate-forme multiculturelle de critiques et de traits d’humeur, si prometteuse l’année dernière, a connu une longue mort cérébrale pendant ce que l’on peut considérer comme un petit semestre. Hormis deux brèves, ce furent cinq long mois sans aucun article à se mettre sous la dent pour vous… [...]

Le coin du jeu indé : Braid

Amis joueurs, en cette période de Noël, vous vous êtes sans doute offerts les derniers blockbusters à la mode, j’ai nommé Call of Duty 6, Left 4 Dead 2 ou encore Assassin’s Creed 2. Et même si ces jeux sont objectivement de bons jeux, vous vous dites sans doute que 60 euros pour un jeu vidéo, ça fait un peu mal au cul (si on ajoute à cela toutes les polémiques liées aux deux premiers jeux cités, mais ce n’est pas l’objet de cet article). Et bien en cette fin 2009, malgré cette tendance à la « blockbusterisation », certains développeurs bienveillants pensent à votre porte-monnaie. Ne vous méprenez pas, petit prix n’équivaut pas à jeu au rabais, bien au contraire. C’est dans cette optique que j’ai décidé de lancer cette nouvelle série d’articles nommé « le coin du jeu indé ». Et pour commencer, je vais vous parler de Braid, un jeu de plateforme en 2D. [...]

Batman Arkham Asylum

Cela nous amène à un très beau jeu, sorti récemment, et nous mettant dans la peau d’un des plus célèbres justiciers masqués : Batman ! En effet, et aucun geek ne sera passé à côté d’une telle nouvelle, Batman Arkham Asylum est disponible depuis quelques temps déjà, après une attente longue et fébrile. [...]

LEFT 4 DEAD(ICACE)

Le monde des jeux vidéo évo­lue en permanence, et quoi de plus difficile que de renouveler le classique FPS de zombies ? Autant vous dire que « LEFT 4 DEAD » n’est pas une révolution vidéo ludique. Le gameplay et le graphisme reste relativement simplistes et banals et on a comme un arrière goût de Bioshock et de Wolfenstein quand on commence à jouer. Dans ce cas, on pourrait se demander pourquoi une publicité aussi massive pour un FPS sentant le « classique du genre » ? [...]