Wesh Wesh

Vous avez surement déjà dû entendre cette curiosité du langage contemporain dans la rue, ou même chez vous. Mais plus que quatre pauvres lettres, qui même assemblées ne veulent certainement rien dire, cette expression représente une façon de s’exprimer, de s’habiller, de penser; c’est un art, une culture… Que dis-je, c’est l’empreinte d’une nouvelle civilisation! Durant ces quelques lignes, je me ferai anthropologue pour vous expliquer les enjeux de ce nouveau « savoir-dire » que vous pratiquez rarement, mais que vous entendez souvent.

Tout d’abord, nous devons nous attarder un tant soit peu sur la définition de ce mot et sur son utilisation : Wesh signifie à la fois « bonjour », « bonsoir », « comment allez-vous? » et « je vais bien, merci de vous en inquiéter ». Fascinant n’est ce pas, je suis prêt à parier qu’aucun dialecte en ce bas monde n’est aussi concis!

Pourquoi tant de concision me diriez-vous? Eh bien c’est que le Wesh (l’utilisateur du langage du même nom) n’a pas de temps à perdre : vêtu de son costume trois pièces – survet’, baskets, casquette – et accoudé à un lampadaire (sans doute de peur que celui-ci ne tombe et ne blesse d’innocentes victimes), il doit être très concis en politesse et mondanités, pour en venir au principal sujet de conversation : le business. Ne vous méprenez pas, chers lecteurs, le Wesh ne cherche pas à lutter contre la crise qui frappe de plein fouet nos sociétés postindustrielles, il n’est pas non plus question pour lui d’obtenir le prix nobel de l’économie pour avoir aidé les pays les plus pauvres à réduire leurs dettes. Rien de tout cela… Le « biz » du Wesh consiste à se faire quelques centaines d’euros par le biais de méthodes vieilles comme le monde, et toujours pas brevetées : le commerce informel ou encore le troc.

Cependant là n’est pas la caractéristique la plus frappante du Wesh, elle n’est pas non plus dans son poing : mais dans le vocabulaire qu’il utilise. Je vous passerai les détails du verlan, car maitre Capello lui-même ne saurait expliquer le bienfondé de ce langage. Le Wesh est polyglotte (si, si!) et utilise souvent des mots en arabe! Aussi n’est-il pas rare d’entendre une conversation de Wesh entrecoupée de « Wala » (je te jure) ou encore « Amdoula » (je rends grâce à Dieu)… Cependant cela devient risible lorsque lesdites personnes confondent « Hamdoullah » (rendre grâce à Dieu) et « Abdullah » (ou Abdallah si vous préférez)…

Je ne pense pas avoir fait le tour de la question sur le Wesh, car tel l’univers, intact reste son mystère … Cependant je peux vous dire une chose, si vous en croisez un dans la rue, moquez vous de lui si vous le souhaitez… mais ensuite : courez!!

[ad#Spécial Razza][ad#Spécial Razza]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *