Lui hamdoullah ça va !

L'album "Mes repères" de La Fouine

Ben ouais on ne peut pas dire que les choses vont mal pour le petit mustélidé à la barbichette soignée ! Avec déjà 6 albums à son actif, le rappeur de Trappes connaît un succès grandissant auprès du public. Oui, déjà 6 albums ! Bon, je vous accorde que ses premiers titres ne sont pas très connus, et qu’on a surtout retenu l’Unité, un featuring avec J. Mi Sissoko, ou encore Qui peut me stopper ?, figurant sur l’album Aller Retour.

Il se trouve que La Fouine a réussi à se démarquer grâce à des titres aux musiques travaillées, mais aussi et surtout aux textes soignés… Un petit focus sur cet artiste est donc indispensable !

On va laisser de côté la belle et gentille biographie pour se pencher directement sur le dernier album de La Fouine : Mes repères, sortit le 23 Février 2009. Un album avec beaucoup de matière puisqu’il comporte quelques 19 titres dont un remix (Ça fait mal en featuring avec Soprano et Sefyu). Je me propose donc de vous offrir une autopsie de cette album, afin que les plus récalcitrants comprennent enfin que le rap, en général, c’est puissant ! Fermez les yeux un instant (non vous ne risquez rien), et imaginez qu’un album de musique, c’est comme une pièce de théâtre, avec une situation initiale, des péripéties, des interludes etc… C’est bon, vous visualisez ? Ok, ouvrez les yeux maintenant et lisez.

La situation initiale

Celle-ci démarre par un avertissement sur fond de légèreté. En effet il suffit de voir le clip de Du Ferme pour comprendre ce que je veux dire :

Passons à l’analyse : un scénario en noir et blanc, une histoire dans laquelle l’artiste est en quelque sorte narrateur témoin : on le voit dès le début dans la voiture, et il raconte ces trois destins avec un air détaché et amusé. Et c’est malheureusement cela qui fait perdre de vue à de nombreuses personnes la véritable morale du titre : voilà ce qui peut vous arriver, que vous soyez bon ou mauvais, les crasses arrivent à tout le monde sans exception. Alors oui, même un gamin de cinq ans pourrait écrire des paroles plus intelligentes, oui la musique se répète, mais non ce n’est pas débile. Les paroles sont simples pour être bien comprises, la musique donne cette légèreté que l’on peut trouver parfois choquante, et le clip est quand même vachement bien réalisé ! Abandonnons maintenant cette ouverture pour passer aux titres suivants.

On pourra retenir parmi ces derniers: Immortelles, ou encore Tous les mêmes. Le premier parle de la longévité de l’artiste dont les écrits traversent le temps (moi je veux bien, mais force est de constater que les artistes de ce genre, y en a pas des masses); le second parle de vous et de moi et selon La Fouine “on est tous les mêmes” (perso je doute fort qu’il y ait 6 milliard de jumeaux sur terre). Enfin bon l’idée est bonne.

Les interludes

Le premier, Interlude en studio est très emprunt de l’US Style, jusqu’au moment où la musique s’arrête, et là il parle de son featuring avorté avec T-Pain: mais bon pas besoin d’un ricain pour lui montrer comment faire…

J’affectionne un peu plus l’Interlude Salam (va savoir pourquoi).

Cependant, comme dans toute bonne pièce de théâtre, il survient une complication, et la complication de cet album, c’est le titre Feu Rouge

La complication

La question qu’on a envie de poser, c’est: “Pourquoi????” Tout allait relativement bien jusqu’au moment où monsieur Laouni Mouhid a décidé de faire un titre “chanté”, sur fond de guitare acoustique, métaphoriquement famélique et au rimes appauvries… Je vous laisse écouter la musique… Je trouve cela vraiment dommage.

Mais bon, heureusement chaque complication trouve sa solution, et la solution ici, c’est le titre Chips qui m’a vraiment surpris! Un son très prenant, un véritable bras d’honneur aux artistes de variété! Chuuuuuut, écoutez!

La situation finale

Et là, c’est du lourd, et ça finit en beauté avec Ça fait mal, le remix en featuring avec Soprano et Sefyu : une véritable bombe pour achever cet album à la qualité certaine.

La morale

Un album somme toute honorable, beaucoup de bonnes choses, quelques mauvaises choses comme la sortie de route de Feu Rouge, mais on aura retenu les qualités réelles de l’artiste, et sa capacité à s’affirmer comme un artiste à part entière sur la scène Rap. On peut dire que pour lui, hamdoullah ça va!

[ad#Spécial Razza][ad#Spécial Razza]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *