Le Nokia N900 : the Chosen One ?

Nokia N900iPhone-killer : se dit d’un smartphone, tout tactile si possible, qui a pour ambition de faire tomber l’hégémonique iPhone d’Apple. On peut également rajouter à cette définition : « mais qui n’y arrive pas ». Car force est de constater que l’iPhone reste la référence dans ce domaine du smartphone tout-tactile, et c’est l’Apple-sceptique qui parle. Mais que vois-je, là-bas au loin ? Nokia qui fait une annonce fracassante ? Un nouvel iPhone-killer ? Balivernes… Quoique, le Nokia N900, puisqu’il sera question de lui dans cet article, est la vraie réponse – il était temps – du n°1 mondial dans la vente de smartphones à l’iPhone.

Avant d’évoquer à proprement parler du N900, faisons un petit tour d’horizon des iPhone-killers potentiels. Malheureusement, qu’ils s’appellent BlackBerry Storm (en attendant le Storm 2, prévu pour la fin de l’année au mieux), HTC Magic, HTC Hero, Nokia N97, Palm Pré ou encore HTC Touch Diamond2, tous ont plus ou moins échoué dans leur volonté de faire chuter le modèle phare du géant de Cupertino : l’écran cliquable et l’OS désuet du Storm n’ont pas réellement convaincu ; l’OS Android a convaincu mais bon, il vaut mieux être Google-phile pour l’utiliser (ce qui est loin d’être le cas de tout le monde) ; le N97 souffre de son OS dépassé ; le Pré tente de réunir le monde du BlackBerry (pour le clavier et la trackball) et de l’iPhone (pour tout le reste) pour un résultat convainquant, mais sans plus ; enfin le Touch Diamond2, comme le N97, est handicapé par son OS antédiluvien, le légendairement instable et peu apprécié Windows Mobile, très peu adapté au tactile. C’est quand même à cause de ce manque de concurrence vraiment sérieuse dans le domaine du smartphones grand public qu’Apple peut se permettre de faire des pubs sur la fonction copier-coller, sur la fonction vidéo ou sur les MMS… fonctions qui étaient disponibles sur mon vieux Sony Ericsson W300i, qui date de 2006 et qui n’était pas haut de gamme, c’est pour dire la marge qu’a Apple pour se permettre ce genre de choses.

C’est là que débarque le N900. Et tous les technophiles, dont je fais partie, salivent d’avance. Même si on a beaucoup parlé de « tablette tactile » concernant le N900, ne vous y trompez pas, le N900 est un vrai téléphone, un poil plus gros certes, mais un téléphone quand même. D’ailleurs, Nokia devrait vraiment faire gaffe sur ça : au début, je croyais que le Nokia N900 était un Tablet PC, le genre de truc tactile plutôt encombrant et  quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai vu des photos de la bête ! Grand écran (3.5 pouces, pour une résolution de 800×480), haute capacité de stockage (32 Go, extensible jusqu’à 48 Go avec une carte microSD), APN de 5MP et un clavier physique, toujours pratique pour taper ses SMS, ses mails ou pour geeker sur Twitter. Et puis les extrêmistes des logiciels libres seront ravis de savoir que le N900 tourne sous Maemo 5, qui est basé sur Linux.

Maemo, et Linux plus globalement, est donc la clé de voûte de la communication du géant d’Espoo. Selon eux, cet OS devrait offrir des prestations quasi-similaires à ce qu’on peut retrouver sur un PC de bureau. Bon ça reste du gros blabla marketing, mais les premières vidéos (cf plus bas) de présentation du N900 et de Maemo sont quand même bien convaincantes : Nokia est enfin entré dans le XXIe siècle au niveau de l’interface, cette interface paraît plutôt fluide et Mozilla Fennec (aka Firefox Mobile) et surtout Adobe Flash (le vrai, pas Flash Lite) sont de la partie. L’autre argument choc de Maemo est sa similarité avec Linux (logique, vu qu’il est basé dessus) : de ce fait, les développeurs Linux, et ils sont nombreux, ne seront pas (trop) dépaysés par Maemo pour développer de nouvelles applications. Cependant, seront-ils assez convaincus par cette plate-forme pour y développer de nombreuses applications ? Ce n’est pas acquis d’avance. Car on le sait, aujourd’hui, pour s’imposer dans le domaine du smartphone, il faut proposer un catalogue important d’applications : Apple a dégainé les premiers, et les rattraper ne sera pas une sinécure (demandez à Google et BlackBerry ce qu’ils pensent à ce sujet…)

Allez Monsieur Nokia, un petit effort pour nous sortir de la tyrannie d’Apple, ne nous décevez pas !

2 thoughts on “Le Nokia N900 : the Chosen One ?

  1. Il semble que les personnes qui l’ont en sont content… mais Apple a tellement d’avance… Dur dur… Un peu comme iPod/Zun de microsoft… Il était mieux mais la pomme est trop forte …

  2. Je confirme : un ami l’a, et il en est très content. Et comme je l’ai dit dans l’article, ce sont surtout les technophiles qui sont susceptibles d’adorer le N900, qui est un peu le paradis pour les hackers, ou encore pour les personnes qui aiment personnaliser à fond leur téléphone.

    En revanche, la majorité ne verra qu’une grosse brique avec une utilisation moins intuitive et moins simple que l’iPhone. Et de nos jours, on tend à préférer une interface simple (pour ne pas dire simpliste) et user-friendly au détriment d’une possibilité de personnalisation extrême. Ce qui est, à mon avis, très dommage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *