Wait for it !

Si vous suivez assidument cette série, vous avez sûrement compris que j’allais parler de la série à la mode du moment dans la suite de cet article, j’ai nommé How I Met Your Mother. Après l’arrêt de Friends en 2004, les amateurs de ce genre de sitcoms étaient quelque peu orphelins. Pour ceux qui dorment au fond, je parle bien sûr d’un genre lancé par Seinfeld en 1991, qui consiste à mettre en scène les (més)aventures de quatre ou cinq amis dans une des plus grandes villes du monde, New-York bien sûr. Mais que les fans se rassurent, How I Met Your Mother, qui entamera sa cinquième saison le 21 septembre prochain sur CBS, reprend le flambeau de manière remarquable.

De gauche à droite : Barney, Lily, Marshall, Robin et Ted
De gauche à droite : Barney, Lily, Marshall, Robin et Ted

C’est sûr, les fans de Friends et de Seinfeld ne seront pas en terres inconnues avec How I Met Your Mother. Comme dans Friends et dans Seinfeld, l’action déroule à New-York. Comme dans Friends et dans Seinfeld encore une fois, les cinq protagonistes aiment se réunir dans leur bar préféré. Mais les comparaisons s’arrêtent là. Bien sûr, How I Met Your Mother n’a inventé aucun concept, mais est-ce réellement important ? Les personnages sont assez singuliers pour qu’on oublie toutes les références sus-citées.

Les personnages justement, parlons-en. Il y a Ted tout d’abord, le narrateur, qui raconte à ses gosses en 2030 comment il a rencontré sa mère une vingtaine d’année plus tôt. Ted, c’est pas le personnage le plus excitant de How I Met Your Mother, quoique, ses mésaventures avec la gente féminine valent quand même le détour. Des cinq protagonistes, c’est le plus « normal » selon moi. Petite note quand même : il déteste plus que tout le New Jersey.  Il y a ensuite Robin, la Canadienne du groupe (ses partenaires n’hésitent pas à le lui rappeler d’ailleurs). Comme Ted, de prime abord, outre son physique avantageux, elle paraît normale. Que nenni ! Il faut juste lui laisser un peu de temps, elle révèle son vrai potentiel au fur et à mesure, avec sa principale passion, les armes à feu, mais surtout avec son passé canadien… Je ne vous en dis pas plus, je ne veux pas vous spolier ce passage de la série. Le couple du groupe, Lily et Marshall, n’a pas ce passé trouble. Enfin ça fait dix ans qu’ils sont ensembles, et ils se connaissent par cœur. Leur complicité est tellement énorme que ça en devient ridicule, et donc drôle, par moment – au hasard, quand Marshall se sent obligé d’accompagner Lily pour chercher des œufs dans le frigo… alors qu’ils sont tous les deux dans la même pièce. Mais plus que tout, c’est leur caractère qui les unie le plus : en effet, derrière leur apparente gentillesse se cache un caractère bien plus vicieux et machiavélique, surtout pour Lily. Ainsi, Marshall, sous ses airs de gros nounours inoffensif, se cache un redoutable guerrier qu’il ne faut pas trop provoquer (ceux qui ont vu la saison 4 me comprendront). Enfin, il y a Barney Stinson. Le légendaire Barney Stinson. Tellement légendaire d’ailleurs qu’il mérite son propre paragraphe.

Barney Stinson est une des raisons qui fait que la série a un tel succès. Vous connaissez sans doute déjà ses catch-phrases, désormais cultes : « Suit up ! », « It’s gonna be LEGEN-wait for it, and I hope you’re not lactose intolerant ‘cause the second half of that word is -DAIIIIRY ! », « AWEEEESOME ! », « When I get sad, I stop being sad, and be awesome instead. True story. », « Haaaave you met Ted ? »… Ses plans foireux pour draguer des jeunes filles de 20 ans sont désormais dans la légende, tout comme ses costumes sur-mesure, ses parties de lasertag, ses multiples variantes du high five, et son travail, dont on ne connait absolument rien. Barney Stinson maudit le mariage, les relations sérieuses et les blazers. C’est le personnage ultra-caricatural par excellence, celui qui fait délirer les spectateurs tant il est en décalage avec les autres personnages. D’ailleurs, le Barney Stinson du début de la saison 4 est un poil décevant de ce point de vue là, lorsqu’il essaie de « s’humaniser » et de devenir plus normal. Enfin bon, rassurez-vous, ce petit coup de mou ne dure que quelques épisodes, et il reprend vite du poil de la bête pour être encore plus taré qu’avant.

Je vous l’avais dit, les personnages de How I Met Your Mother sont suffisamment singuliers pour qu’on oublie tous ses modèles. Si on ajoute à ça des vannes bien placées, des situations toujours rocambolesques et une vraie histoire sur le long terme (ben ouais, on veut quand même connaître l’identité de la mère hein !), on obtient une série en passe de devenir culte. En tout cas, un signe qui ne trompe pas : les catch-phrases de Mister Stinson sont passées dans le langage commun. Legendary, tout simplement. Allez, comme toujours, avant de se quitter, un petit extrait en VOST (ah au fait, fuyez la VF comme la peste tant elle dénature la série) :


3 thoughts on “Wait for it !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *