Top 5 des pétages de plombs d’entraîneur

Raymond et Estelle

De nos jours, beaucoup de gamins de dix ans rêvent un jour de devenir footballeur. Après tout, le monde du football est très attrayant : on gagne des millions et on est à la retraite à 35 ans. Mais bon, la pression est telle dans le monde du football que les joueurs ne sont pas à l’abri d’un petit pétage de plomb de temps en temps (demandez à Didier « It’s a FUCKIN’ DISGRACE » Drogba, à Pepe ou encore à Axel Witsel ce qu’ils en pensent). Mais dans cet article, il ne sera pas question de pétages de plombs de joueurs, mais bien des pétages de plombs d’entraîneurs, publics qui plus est. JTS, qui a eu l’idée de ce top 5, a sans doute été inspiré par ses propres pétages de plomb devant Football Manager qui, on le sait bien, détruit non seulement votre vie sociale, mais également votre santé mentale. Allez, assez palabré, place au top 5 ! Comme toujours, cette liste est hautement subjective et incroyablement non-exhaustive, donc si vous avez des ajouts à faire, direction les commentaires !

Le n°5 : le coup de pied sauté de Louis van Gaal

Louis van Gaal, c’est un peu le pestiféré du monde du football, malgré son énorme palmarès (après tout, il a gagné entre autres une coupe de l’UEFA et une Ligue des Champions avec l’Ajax, deux Liga avec le Barça et le championnat des Pays-Bas avec l’AZ, mettant fin à près de 30 ans de disette pour le club d’Alkmaar). Beaucoup de joueurs ne supportent pas son côté dictatorial, les arbitres regrettent ses piques trop prononcées à leur égard et les supporters ont parfois du mal à comprendre ses choix tactiques (Dugarry milieu défensif au Barça, c’était du grand art). Et pourtant, dans le fond, il est marrant Louis. Pour preuve cette action surréaliste au Ernst Happel Stadion, un soir de mai 1995, lors de la finale de la Ligue des Champions entre l’Ajax et le Milan AC. Desailly dégage un ballon chaud d’une manière limite, avec un pied haut alors que Litmanen s’apprêtait à la prendre de la tête. L’arbitre laisse cependant jouer, et cela n’est pas du goût de Van Gaal, qui va tout de suite se plaindre au quatrième arbitre. Mais là où l’entraîneur lambda va juste discuter – de vive voix – avec ce dernier, Van Gaal va plus loin : il mime carrément l’action. D’où une scène incroyable où on peut voir un Van Gaal en costard-cravate exécuter un magnifique coup de pied sauté.

Le n°4 : Loulou Nicollin et la « petite tarlouze »

Bon, ce n’est pas un entraîneur, mais c’est tout comme. Loulou Nicollin représente le Montpellier HSC mieux que quiconque. Dans le passé, il haranguait le stade de la Mosson après un drop aux 16 mètres de son ancien protégé, Ibrahima Bakayoko, qui avait alors été transféré à Marseille. Depuis, Loulou est passé maître dans les déclarations homophobes. Et oui, chez les Nicollin, on aime pas les homosexuels. Son dernier « exploit » remonte à il y a quelques semaines, durant une interview d’après-match dans laquelle, il menace Benoît Pedretti pour le match retour à la Mosson (Franck Jurietti style) et le traite ouvertement de « petite tarlouze ». Bon, parce qu’il faut pas trop déconner non plus, Loulou vient d’être suspendu de toute fonction officielle pour deux mois ferme (avec deux mois de sursis).

Le n°3 : Trap’ vs Strunz

Si vous n’aviez jamais vu un italien s’énerver en allemand (un allemand très approximatif d’ailleurs), ce sera bientôt chose faite avec la vidéo qui suit. Quand le Trap’ n’est pas content, ça se sent et ça s’entend. Si tout le monde en prend pour son grade (« ces joueurs se plaignent plus qu’ils ne jouent », « Vous avez vu l’équipe qui a joué mercredi ? C’était qui ? C’était Basler qui jouait ? Mehmet ? Ou Trapattoni ? »), il y en a un qui prend particulièrement cher : Thomas Strunz. La raison ? C’est Trapattoni qui la donne : « Ca fait deux ans qu’il est là et il a joué dix matches ! IL EST TOUJOURS BLESSE ! ». Pauvre Strunz, véritable paratonnerre de la colère du Trap’.

Le n°2 : Raymond et sa demande en mariage

Nous sommes le 17 juin 2008, et la France vient d’être piteusement éliminée de l’Euro 2008. Raymond Domenech est alors assailli par les médias, qui tentent d’arracher un vrai mea culpa de sa part, ou mieux, une demande de démission. Que nenni ! A la place, le journaliste, de M6 qui plus est, obtient une réponse autrement plus surréaliste : Raymond demande Estelle Denis, travaillant alors sur M6, en mariage ! La France se marre, Estelle un peu moins : Ray’ a frappé un grand coup. Personne ne s’y attendait. Je me souviens qu’on était à la fois morts de rire et consternés avec des amis lorsqu’on a vu ça à la télévision. C’est vrai qu’il y avait de quoi être consterné : tout le monde attendait une analyse tactico-technique de la part de Ray’, et à la place, on a eu cette déclaration minable et totalement hors de propos.

Le n°1 : Maradona, « venez me sucer »

Maradona est l’exemple même du joueur de foot absolument génial qui galère bien lors qu’il passe de l’autre côté de la ligne de touche. Car il faut bien le reconnaître, un an après la nomination de Diego à la tête de la sélection Albiceleste, les résultats ne sont pas fameux : une des plus grandes humiliations de l’histoire de la sélection argentine avec cette défaite 6-1 contre la Bolivie (bon ok, c’était en altitude, mais ça n’explique pas ce triple break tennistiquement parlant), un miracle lors de Argentine-Pérou il y a un mois (pour ceux qui ne se souviennent déjà plus de ce match, l’Argentine devait absolument gagner pour espérer être à la Coupe du Monde : à la 90e minute, le Pérou égalise mais c’est alors qu’à la 93e, Palermo marque un but limite hors-jeu à l’issue d’une action très confuse de part et d’autre, avant que les Péruviens ne fassent trembler Diego et sa bande sur une frappe repoussée par la transversale juste après l’engagement). Et quand Diego réussit finalement à qualifier les siens pour la Coupe du Monde, il se lâche, en disant, face à des journalistes médusés : « tous ceux qui m’ont maltraité, venez me sucer. » Classe, tout simplement. Bon, comme Loulou, il a pris deux mois de suspension, parce qu’il faut pas trop déconner quand même.

Bonus : best of… Frédéric Antonetti

On aurait pu mettre José Mourinho en bonus, mais comme on est bien chauvin sur Omnizine, on préfère mettre Frédéric Antonetti. Il se devait d’être dans cet article, d’une manière ou d’une autre. Mais il a dit et fait tellement de trucs énormes qu’il était difficile pour nous de choisir un moment particulier d’Antonetti. Donc à la place, on vous livre ce best of savoureux de plus huit minutes. Enjoy !

2 thoughts on “Top 5 des pétages de plombs d’entraîneur

  1. Article magistral encore, et un régal à lire, surtout quand on a déjà vécu en direct certains échantillons ! L’horreur générale au moment de la demande en mariage pathétique de Ray…
    Et Maradona, par ce dérapage ordurier, montre tout de même que ce n’est ni une lumière ni un brave homme. Je ne comprends pas trop l’icône qui en a été faite… Bref.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *